Associations tontinières

placement-tontineLes tontines revivent aujourd’hui dans un contexte où les banques refusent d’intervenir. Des groupes d’amis, voisins ou collègues peuvent se constituer afin de proposer, sur la base de la confiance, des aides à chacun des membres : les cotisations des membres et les remboursements permettent de financer les projets suivants. Ce système est possible car il y a de vraies relations sociales. Dans des contextes plus individualisés, ce sont les organismes de microcrédit qui prennent le relais. Dans certains pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie, la tontine s’opère sous forme d’associations plutôt que de placements. La tontine est aussi appelée cotisations en Afrique subsaharienne.

Fonctionnement

Il existe deux grandes familles de tontines : les tontines rotatives et les tontines à accumulation.

Tontine rotative

Les participants d’une tontine s’engagent à verser une somme pré-déterminée à une fréquence donnée. Pour chaque tour de versement, un des participants est désigné pour être le bénéficiaire des fonds des autres participants. Deux modes de désignation du bénéficiaire existent : soit il y a tirage au sort avant chaque versement, soit le tirage au sort est fait une seule fois au début du cycle et les participants bénéficient des versements en fonction du numéro qu’ils ont tiré au sort.

Voir note en bas de page : (1)

Lorsque tous les participants ont été bénéficiaires des fonds une fois, le cycle de la tontine est terminée. À la fin du cycle (quand tous les participants ont déjà reçu les versements) un nouveau cycle est généralement entamé.

Pour le premier bénéficiaire, la tontine s’apparente à un crédit. Pour le dernier participant, la tontine s’apparente à une épargne.

Le nombre des participants à une tontine est en principe connu au début du cycle. Cependant, d’autres membres peuvent rejoindre la tontine avant que tous les anciens participants aient bénéficié des fonds. Dans ce cas, chaque nouvel arrivant donne son épargne à chacun des anciens participants qui ont déjà perçu les versements. La tontine est très utilisée par des groupes de femmes modestes des cités françaises.

Tontine à accumulation

Dans une tontine à accumulation, les cotisations ne sont pas redistribuées à un des membres mais accumulées dans la caisse de la tontine. Les fonds ainsi collectés appartiennent à la tontine jusqu’à ce que les membres décident d’effectuer un partage, c’est-à-dire de redistribuer tout l’argent accumulé aux membres, au prorata de ce qu’ils ont cotisé.

Entre-temps l’argent de la tontine est investi de la façon dont les membres en ont décidé collectivement. Le plus souvent, les fondssont octroyés aux membres sous forme de crédit. Les conditions du crédit sont décidées collectivement (conditions d’obtention, durée, intérêt, échéances de remboursement, recouvrement et sanctions en cas de retard dans le remboursement, etc.). Ainsi les membres empruntent auprès de la tontine pour mener des activités économiques. Ils remboursent ensuite la tontine, capital et intérêts. Les crédits étant souvent courts avec des intérêts relativement élevés, les fonds disponibles s’accroissent rapidement, ce qui permet aux membres d’emprunter plus, plus longtemps, et ainsi de développer progressivement leurs affaires. Au moment du partage, les membres reçoivent nettement plus que ce qu’ils ont cotisé. Ainsi, ceux qui ont avant tout besoin d’épargner et ceux qui ont avant tout besoin de crédit y trouvent tous leur compte. La somme importante ainsi récupérée peut permettre un investissement à plus long terme, ou de faire face à une dépense importante prévisible (fête religieuse ou familiale, frais de scolarité, etc.).

De plus, les tontines à accumulation offrent souvent des services d’assurance à leurs membres, en cas d’accident, de maladie, de décès d’un proche, etc. Ces assurances peuvent prendre la forme de cotisations exceptionnelles (qui sont données au membre affligé) ou de crédits d’urgence, sans intérêt et avec une souplesse dans le remboursement.

Ces tontines connaissent un vif succès en Afrique grâce à la palette des services financiers qu’elles offrent (épargne, crédit, assurance), et ce de manière extrêmement souple, accessible et compétitive.

Il existe une autre méthode selon laquelle la cagnotte (l’argent cotisé par les participants) est vendue aux enchères ; ne prennent part à cet exercice que les participants n’ayant pas bénéficié (acheté) à l’avance et surtout ceux qui sont dans le besoin de financement ; c’est ainsi que le taux d’achat varie selon les besoins des différents enchérisseurs. Les intérêts collectés sont partagés par les membres à la fin du cycle.

Autre

Dans bien d’autres cas, les deux modes de tontine (rotative et à accumulation) sont pratiqués simultanément. Cette pratique est généralement observée au Cameroun. Cette façon de cumuler les deux types de tontine ramène un peu plus de sécurité pour les membres, car la tontine cumulative qui est une caisse dont le contenu ne sera redistribué aux membres qu’à la fin du cycle peut quelquefois être prêtée à un membre pour l’aider à cotiser à la tontine rotative. Au Cameroun, quand les deux modes de tontines sont pratiqués simultanément, la tontine cumulative est appelée « caisse d’aide ». Le montant des cotisations de cette caisse est généralement inférieur à celui de la tontine rotative.

Note (1)

Les tontines financières:

Contrairement aux tontines commerciales, oul’on cherche au maximum a récupérer l’argent déposé, les dépôts effectues ici par l’ensemble des adhérents sont mis aux enchères selon des modalités statutairement définies.

Le participant le plus offrant paie donc un interet pour emprunter l’argent de la tontine. Le taux diminue a mesure que les tours se succèdent puisque les candidats sont de moins en moins nombreux et que la durée restant a courir est de plus en plus courte. Le produit de ces enchères est ensuite reparti entre les participants qui, quelle que soit leur propre enchère, se trouvent rémunérés de leurs propres versements. L’intérêt est négatif pour ceux qui ont besoin d’emprunter rapidement, et positif pour ceux qui ont pu attendre.

L’intérêt n’est pas le prix d’équilibre de l’offre et de la demande de liquidité a un moment donne, il résulte de l’étalement pendant le cycle des besoins de chacun.

La part de cotisation varie d’une tontine a une autre en fonction du niveau des revenus des membres et des objectifs qu’ils visent.

On peut signaler que cette forme de tontine est très présente au Cameroun ou elle est pratiquée par les Bamileke. Elle s’étend désormais a plusieurs pays voisins comme le Bénin, le Centrafrique ou le Burkina Faso. On trouve également ce type de tontines en Chine et à Taiwan.

Compte tenu de l’ensemble de ces facteurs, les sommes mobilisées peuvent aller des montants les plus modestes à des montants très importants. ( par exemple, les tontines des ménagères aux conditions modestes récoltent rarement plus de 1000 a 5000 francs CFA, celles des commerçants moyens et petits salaries peuvent distribuer a chaque tour plus de 5000 francs a 500000 francs CFA, et dans les tontines des grands commerçants, les sommes mises aux enchères peuvent s’élever a 50000000 francs CFA, soit plus de 76000 €)

 

Ce contenu a été publié dans Microfinance, Réseau des Bretons de l'Etranger. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.